Lina Prokofieff Photographe

INTROSPECTION / GOODBYE



Mon grand-père paternel est mort le 7 décembre 2010 à Paris.

Je ne l’ai photographié qu’une seule fois, un jour d’été dans le jardin de notre maison de campagne. À cette époque j’explorais la photo à travers mon Hasselblad argentique. Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas plus photographié mes grands parents, c’est un regret que j’aurais à vie…

Les seules photos « de lui » que j’ai pu faire par la suite ont été prises pendant son séjour à l’hôpital: j’avais besoin d’immortaliser le temps et sa façon de s’écouler alors que nous attendions des nouvelles, puis le jour de son enterrement, et plus tard lorsque je retournais dans son appartement pour faire mon deuil. J’ai photographié ses papiers, le contenu parfois improbable de ses tiroirs de bureau… son écriture, ses manies. J’avais besoin d’immortaliser ces objets même s’ils ne combleraient jamais son absence.

Le travail du deuil suit inlassablement les mêmes étapes. Celui de la mémoire peut prendre mille et une formes. Le mien s’est appuyé sur les objets que mon grand-père a laissé derrière lui.

Eux aussi disparaîtront un jour.



I took this one and only picture of you since I decided to be a photographer. Streets were dark and the rain cutting when I was returning from visiting you at the hospital. Praying the stars to spare you the pain.

Then, on cold and grey Tuesday the 7th of December, you left. I tried to focus despite my plastered arm. My tears blended with the rain.


And then we said «goodbye». It was winter, and the leaves laid still.

Came the 40th day. Your name on that grave. The end of the mourning. Long hours spent at your desk, reading your notes.


May the sun always shine, wherever you are now.



La neige a étouffé le bruit

La neige a figé la douleur

La neige a couvert le chagrin

La neige a dissous les regrets

La neige a ravivé le souvenir

La neige a réchauffé les coeurs


Il y a 731 jours. 9 décembre 2010, 01:25

Next – INCARNATION

Using Format